Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Monique Oblin-Goalou
  • Monique Oblin-Goalou
  • : Mise en ligne de mes articles, sujets de réflexion et réalisations plastiques
  • Contact

Recherche

5 septembre 2009 6 05 /09 /septembre /2009 17:20

Mon ange blessé s’est montré à moi.

Au Moyen-âge, l’ange est la mission réservée à chacun. L’ange veille à ce que notre liberté, dans l’ombre de Dieu, puisse se manifester.

L’ange est difficile à discerner. Chacun a un ange différent. L’ange de sainte Françoise romaine la giflait.

Qui est donc l’ange, un autre ?

Cette question me hante souvent. L’ange se cache-t-il pour laisser la place à Dieu ?

Le mépris ne donne jamais d’ange. L’ange est dans le regard d’amour. L’intelligence regarde le spirituel. L’ange est la porte entre deux ciels.

Mon ange est un chérubin ou un séraphin de Dieu. Il émane de l’amour qui m’unit à mon mari. Il est dans les mots : je t’aime. Dans la relation, l’ange est présent, léger comme un souffle.

L’ange peut frapper. Le doigt de l’ange nous ramène à l’humilité de notre humanité. Mon ange ! Es-tu méchant ? L’ange veille à ce que, devant Dieu, la Vierge, les Saints, tes frères et tes amis, tu te présentes avec simplicité et confiance.

L’ange est un autre en dehors de l’amour. Si d’autres ont souffert à cause de moi, mon ange peut les avoir portés. Mon ange a une âme d’enfance. Il n’y avait pas de séparation entre moi et mon ange. J’ai blessé mon ange et alors j’ai vu mon ange l’espace d’un instant. Mon ange est humble comme un enfant et immense comme Dieu. Il est un reflet d’enfance de Dieu.

Mon ange m’accompagne encore dans l’amour mais je ne sais rien de mon ange, il est mon enfance.

Sohrawardî fait de l’ange l’envers de l’icône, la mère de la relation. « Il faut donc que tu professes à l’égard de la « Lumière la plus proche », des Lumières archangéliques, des sphères célestes et des âmes qui les gouvernent, ce qui est prééminent et précellent après sa possibilité. »[1] Les Lumières émanées sont seulement possibles. Les « Lumières archangéliques » sont en dehors du monde des contingences.

« Or les relations entre les nobles Lumières sont plus éminentes que les relations qui règnent dans le monde des Ténèbres. Les relations entre Lumières sont donc nécessaires, antérieurement aux relations entre Ténèbres. »[2]

L’Ange permet la manifestation du possible, l’ouvert, la blessure. L’ange est la blessure de Dieu. Il est l’esprit du retrait de Dieu, la porte de l’ouvert.

Note: Les manifestes sont des réflexions rapides, objets de dialogues et de remises en questions, ou quelques citations réunies.


[1] Sohravardî, Le livre de la sagesse orientale, trad. Et notes Henry Corbin, Paris : Gallimard, folio, p. 149.

[2] Sohravardî, Le livre de la sagesse orientale, trad. Et notes Henry Corbin, Paris : Gallimard, folio, p. 150.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Monique Oblin-Goalou - dans Réflexions
commenter cet article

commentaires