Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Monique Oblin-Goalou
  • Monique Oblin-Goalou
  • : Mise en ligne de mes articles, sujets de réflexion et réalisations plastiques
  • Contact

Recherche

29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 08:37

L’étymologie du mot virtuel vient de la scolastique. Il est issu du latin virtus, « vertu ». Le virtuel est proche du possible. Il est le possible vu de Dieu. Le virtuel est l’espace qui nous sépare de la perfection. Le virtuel, dans un sens proche de l’idée de vertu, peut se concevoir comme composante nécessaire à la compréhension de la réalité. L’imaginaire n’est pas l’imaginal. Mais l’imagination est-elle un des ciels avant d’accéder à la compréhension de la réalité ? Le virtuel se trouve dans les hypothèses multiples, issues du désir de connaître. La confrontation du réel aux multiplicités issues du désir de connaître permet d’éclairer les hypothèses multiples et, dans un dévoilement, de montrer la vérité.

 

Une recherche des définitions du mot virtuel montre aussi un rapport avec les anges. Dans la définition du mot, l’utilisation au pluriel revêt deux sens : un sens moral et un sens religieux. Dans le second sens, les Vertus sont des anges du second chœur. Avec les Trônes ou les Archées, ils occupent la seconde hiérarchie. Sohrawardi, issu d’une région longtemps mazdéenne (religion de la lumière, du feu), s’inspire de la procession des lumières d’Aristote, pour penser une Terre de lumière. A cette Terre de lumière appartiennent nos corps de résurrection que, selon les commentaires de Mollâ Sadra Shirâzî, chacun façonne durant sa vie. Cette terre est l’imaginal, issu de toutes les réalités singulières. L’ange est le chemin qui reste à parcourir avant d’accéder à la perfection de la divinité. Cette distance, ou ce temps, sont comblés par les vertus, tout ce qui constitue, à force d’efforts, le corps de résurrection. Ce corps, virtuel en cette vie, devient réalité après la mort, ou bien actualité dans la sainteté. Avec Sohrawardi, la grandeur mystique du virtuel se dévoile pour disparaître dans l’immanence. La relation est amour. L’amour est un regard, et par ce regard Dieu se voit. Mais l’aimé se voit aussi dans le regard de l’amant.

Partager cet article

Repost 0
Published by Monique Oblin-Goalou - dans Réflexions
commenter cet article

commentaires